L’histoire, le site, et la recherche de Pendels

I L’histoire

Le livre de Casimir Pont « Histoire de la Terre Privilégiée, anciennement connue sous le nom de Pays de Kercorb, canton de Chalabre (Aude) : coup d’oeil, notions et détails sur la contrée, notamment sur la commune de Rivel» (1872) demeure la référence principale sur l’histoire de la commune de Rivel. Il a fait l’objet de trois rééditions (1974, 1989, et 2018, cette dernière chez un éditeur américain), et de rééditions à la demande en France (2016) et en Inde (2020).

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est livre-rivel.jpg
Il a fait l’objet de deux réimpressions (1974 et 1989).
Il y est relaté que la construction de Sainte Cécile doit être attribuée à Cécile de Trencavel, fille du Vicomte de Carcassonne Raymond Trencavel, qui hérita du pays de Kercorb en 1154. Elle épousa Roger Bernard, comte de Foix, et fit de nombreux dons aux monastères de la région.

La Chapelle Sainte Cécile mérite une visite, que l’ARP organise volontiers. On peut s’adresser à Huguette Plantié (04 68 20 81 77) ou à Marie-Irène Rives (04 68 69 24 23).

On peut raisonnablement penser qu’elle fut l’église paroissiale du village de Pendels. Lors de la Croisade contre les Albigeois, le château fut pris par les croisés en 1210 et détruit. Seuls en subsistent quelques murs imposants sur la colline des Casteilhasses. Le village fut également détruit.
Sainte Cécile fut épargnée, et sa partie la plus ancienne, le chevet, est donc le seul témoin architectural intact antérieur à la croisade, non seulement à Rivel, mais dans tout le Kercorb, voire même bien au delà.
Le dessin géométrique du centre du village actuel dénote une bastide du Moyen Age.
En effet, après la destruction complète de Pendels une nouvelle agglomération apparut en contrebas.
Elle prit son nom de celui de la rivière, le Riveillou.

La population de Rivel éprouve un très fort attachement à la chapelle, car elle est le témoin d’un passé ancien et qu’elle est aussi la protectrice du cimetière qui se trouve à son chevet.

Il est opportun à ce stade d’évoquer la « redécouverte » très récente du vieux cantique à Sainte Cécile. Le texte en a été retrouvé, tandis que la musique était dans les mémoires des plus anciens, notamment celle d’Yvette Grauby (décédée en 2019). En voici les paroles et la musique. Ce cantique a été chanté lors du concert du 15 août 2019 (voir Concerts).

Les paroles :  Cantique Ste Cécile

La musique :

Ste Cécile 22-4-20

II Le site

La localisation de Sainte Cécile en amont du village, ainsi que la beauté du site, classé, notamment de l’allée de cyprès qui y conduit,  attirent autant les peintres (voir Actions patrimoniales) que les photographes.

001

Avant guerre, avec l’abbé Salvat

P1080862.JPG

2010 St Cecile depth of field 3 2011 paris3 081

2013 P1010594

Ste Cécile P1030918

Ste Cécile P1030923    Ste Cécile P1030904

Ste Cécile P1030550 Ste Cécile P1030553

Ste Cécile P1030563

WP_20171103_001

III A la recherche de Pendels

Le 23 juillet 2020, l’Université Populaire en Kercorb (UPEK) a organisé une excursion en partenariat avec l’ARP afin d’en savoir plus sur les murettes situées au-dessus de Sainte Cécile. Cette excursion avait été préparée par Daniel Bouichou, auquel l’on doit les documents suivants.

Le but recherché était de savoir si ces murettes, dont l’une, le long de la piste forestière, est particulièrement longue et haute, pouvaient être les traces d’habitats anciens, voire très anciens.

L’excursion a été excellemment pilotée par un historien spécialisé dans la période médiévale.

La conclusion est claire. L’essor démographique de la fin du XVIIIème Siècle et de la première partie du XXème Siècle a imposé une délimitation plus précise des terrains agricoles, que l’établissement d’un cadastre précis sous le Ier Empire a facilité. Les murettes que l’on observe en sont l’expression. Les belles cabanes en pierre, abris temporaires de berger, peuvent être attribuées à la même époque.

A défaut d’avoir identifié les restes de Pendels, de superbes vues de Rivel et de Sainte Cécile ont pu être prises.

Toutefois l’excursion s’est achevée au pied du donjon des « Casteilhasses », que l’on pouvait admirer jusqu’au début du XIXème Siècle.

Voici ce que l’on pouvait admirer                                          

jusqu’au début du XIXème Siècle.